Cathy Mutis, le bar façon rock’n roll!

Quand j’ai rencontré Cathy pour la première fois, la première chose qui m’est venue à l’esprit c’est: rock’n roll. J’avais en face de moi un petit bout de femme avec un sourire contagieux et une énergie dingue! J’ai tout de suite accrochée avec cette femme, franche, marrante et hyper accessible.

Notre première discussion a été autour d’un verre lors du concours, Bartender Society organisé par les rhums Saint-James. Kathy faisait partie des finalistes et nous avions parlé inspiration et création de cocktails.

Aujourd’hui, Cathy me fait l’honneur de me parler de son métier et de la place de la femme dans ce monde très masculin qu’est le bartending.

1- Peux-tu te présenter?

Cathy Mutis, 43 ans. J’habite un petit village de Moselle et je suis Brand Ambassador pour The Sexton Whiskey. 

2- Quel a été ton premier contact avec le rhum?

Le canard ! Très jeune j’ai toujours vu mes parents proposés un rhum à la fin des repas lorsque nous recevions. De temps en temps j’avais le droit de tremper un sucre dans le verre de mon père. 

3- Comment es-tu arrivée dans l’univers du bar?

Par hasard ! J’ai dépanné un ami qui était vraiment en manque de barman. Je n’y connaissais rien ! Il a insisté car il était vraiment en galère de personnel… J’ai dis OK mais juste les week-end car je travaillais à côté. Je l’ai dépanné plusieurs semaines à servir uniquement des whisky coca, rhum coca ou remettre de la glace dans les bacs. J’ai adoré, c’était fun! Rien a voir avec mon travail de chef de pub automobile ! Puis j’ai commencé à lire… A m’instruire… Puis j’ai démissionné de mon travail pour continuer à travailler avec lui. 

4- Quelles ont été les plus grandes difficultés rencontrées ?

Les débuts forcément… Il a fallut apprendre sur le tas ou en lisant… Les autres avaient tous fait une école… Sauf moi ! 

5- Comment on réussi à intégrer ces mondes très masculins des spiritueux et du bar ?

Avec un caractère bien trempé ! Il y a de plus en plus de femmes et c’est tant mieux ! Les femmes ne sont plus embauchées car elles sont un « argument de vente » ou « objet de désir ». Elle sont embauchées au même titre qu’un homme pour leurs qualités et expériences derrière le bar.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:  Atelier cocktails: spécial confinement.

6- Il y a-t-il une différence entre barmaid et mixologiste? Comment te définies-tu?

Certains diront que « le mixologue » est capable de créer, de Mixer les saveurs et Blablabla… Selon moi aucune différence ! On est tous derrière un bar au service du client.. On est là pour lui faire plaisir, qu’il passe un bon moment en sirotant son verre… Pour moi c’est un terme « savant ». Au final on fait tous la même chose. 

7- Tu as participé à de nombreux concours, est-ce un passage obligé pour une femme afin de montrer son niveau et sa crédibilité?

Non je ne pense pas. C’est une question de choix, de caractère aussi. J’ai rencontré beaucoup de barmans ou barmaids au talent DINGUE ! N’ayant jamais fait de concours et ils n’en feront jamais. Le meilleur des concours se passe tous les jours face à ses clients…

8- Il y a de plus en plus de femmes dans ce milieu mais je trouve qu’elles sont encore très en retrait face aux hommes, qu’en penses-tu?

Je ne suis pas vraiment d’accord. Aujourd’hui et sur le devant de la scène (même en compétition) on retrouve régulièrement des femmes. 

9- Quels seraient tes conseils pour une femme qui souhaite se lancer dans l’univers du bar ou de l’alcool?

Qu’elle fonce ! Tout comme je le dirais à un homme…  Et pour n’importe quel corps de métier… Si tu es passionné FONCE ! 

10- Quels sont tes prochains projets?

Un projet est en cours avec mon épouse… Mais je ne peux pas en dire plus. 

Le bartending n’est pas qu’une histoire d’homme, mais surtout une question de partage et d’amour du métier.
Thia

Rhum et talons aiguilles